Comptabilité analytique : Mise en place

La comptabilité analytique permet à une entreprise de calculer ses différents coûts. En effet, il s’agit d’imaginer une structure d’analyse des charges

Qu’est-ce que la comptabilité analytique ?

La comptabilité analytique est une technique quantitative de gestion qui vise à analyser le résultat d’une entreprise.

En effet, la comptabilité légale générale permet de décrire de manière générale la constitution du résultat d’une entreprise. Elle décrit également le patrimoine et les flux de trésorerie. Les écritures sont inscrite en comptabilité dans le livre-journal.

La comptabilité analytique, dite également comptabilité de gestion, permet décortiquer le résultat.

Ainsi, la comptabilité générale permet de déterminer le résultat général. La comptabilité analytique permet de partir plus loin dans l’analyse en donnant un résultat : Par fonction de l’entreprise, par produits, par zone géographique….

Le rôle de la comptabilité de gestion est de situer les zones de performance et de non-performance d’une entreprise. En cela, elle représente un outil efficace de gestion.

La comptabilité analytique se pratique dans toutes les moyennes et grandes entreprises. En effet, elle fait partie du processus de contrôle de gestion. Elle est, d’ailleurs, la première étape de ce processus.

Différentes méthodes de comptabilité analytique

En fonction de l’information recherchée, elle peut utiliser différentes méthodes comptables.

Coûts complets

Ces coûts sont constitués par la totalité des charges relatives à l’objet du calcul. Ainsi, dans cette méthode le coût d’un produit comprend :

  • D’abord, les frais directs liés à sa production (matières, main d’oeuvre,…) ;
  • Ensuite, les frais indirects qu’on lui affecte en utilisant des clés de répartition déterminés de manière statistique.

Ces coûts sont en général extraits de la comptabilité générale. Cependant, on applique parfois des retraitements en vue de garantir une meilleure expression économique des coûts.

Exemple : Parfois les salaires du dirigeant actionnaire sont décidés sur la base de contraintes fiscales. Il y a lieu, donc, de les retraiter afin d’exprimer la valeur économique de son apport en temps et compétence à l’entreprise.

Coûts partiels

Ce sont des coûts obtenus en n’incorporant qu’une partie des charges pertinentes en fonction du problème à traiter.

On distingue deux méthodes de détermination des coûts partiels :

  • Premièrement, le coût variable : c’est un « coût constitué seulement des charges qui varient avec le volume d’activité de l’entreprise sans qu’il y ait nécessairement une exacte proportionnalité entre la variation des charges et celle du volume des produits obtenus ». Sont donc exclues du calcul les charges dites « de structure » qui sont considérées comme fixes sur la période considérée.
  • Deuxièmement, le coût direct : c’est un « coût constitué par des charges qui peuvent lui être directement affectées (généralement charges opérationnelles ou variables) et des charges qui, même si elles transitent par des centres d’analyse, concernent ce coût sans ambiguïté (variables et fixes) ». Le calcul et la connaissance des coûts qui viennent d’être définis sont élaborés par un système spécifique d’informations anciennement appelé la comptabilité analytique.

Méthode ABC (coûts par activité)

Cette méthode s’articule autour de la notion de valeur. En effet, elle part de l’articulation activités-produits.

Pour établir le coût par activité on se pose la question : Quelles activités sont nécessaires pour donner la valeur aux produits et que coûte chaque activité ?

La notion d’activité conduit à une meilleure appréhension de la création de la valeur et à une maîtrise plus grande des coûts.

La construction du nouveau système de mesure ou méthode des coûts par activité (ABC) s’appuie généralement sur les étapes suivantes :

  • Premièrement, une identification des activités ;
  • Deuxièmement, une évaluation des ressources consommées par chacune d’elles ;
  • Troisièmement, une définition des inducteurs d’activités ;
  • Enfin, une affectation du coût des activités aux objets de coûts.

Coûts cibles

La méthode du target costing s’appuie sur le constat de la prédominance de l’amont dans le cycle de vie d’un produit.

En effet, les coûts réels (production et distribution) constatés au moment de la mise en fabrication dépendent de décisions prises lors de la conception. De ce fait, ce sont donc des choix de conception qui déterminent la performance future du produit.

Il faut donc concevoir le système de production avec un objectif d’atteinte d’un coût :

Coût cible = Prix de vente imposé par le marché – Profit désiré

Mise en place d’un système de comptabilité analytique

Les experts-comptables Upsilon, épaulés par des consultants spécialisés en comptabilité analytique, vous assistent pour :

  • Réaliser un diagnostic de votre organisation comptable et financière et de vos besoins ;
  • Mise en place une comptabilité analytique adaptée à vos besoin et votre structure ;
  • Construire des outils de gestion et des tableaux de bord qui vous aide à mieux piloter

Nous vous accompagnons dans la mise en place d’une comptabilité analytique qui réponde à vos besoins et qui soit adaptée à votre structure. Contactez-nous.

LIRE EGALEMENT

Subventions PME  : Programme Small Business